Les jours qui viennent de s’écouler m’ont fait réfléchir au lien intime qui existe entre notre état intérieur et notre peau.

 

J’ai réalisé récemment que j’étais très surmenée, et ce depuis des mois, sans en être réellement consciente. Un cerveau en surchauffe qui saturait avec toute la charge monu-mentale que je portais. Le mental en roue libre et cette sensation d’oppression, d’angoisse à la moindre tache supplémentaire qui se rajoutait à la longue liste, au moindre mail qui me sollicitait. Disons qu’étant déjà hypersensible, mon état émotionnel s’est montré quelque peu compliqué ces derniers temps ! Physiquement aussi, mon corps m’a bien fait comprendre qu’il fallait que je trouve une façon plus sereine de fonctionner car la situation ne pouvait plus durer. Notamment par mon cuir chevelu qui s’est remis à faire des siennes. Il me brûlait littéralement, tellement ça chauffait là-dedans (“burning out” en anglais, très parlant).

Par ailleurs, au même moment, un proche à moi a développé un eczéma géant qui a pris des proportions assez inattendues, lui recouvrant tout le corps. Je vous laisse imaginer la sensation de démangeaison et l’état inflammatoire du corps dans ce cas-là, l’obligeant à être hospitalisé. Pour le soulager, on m’a demandé conseil quant aux produits naturels que l’on pourrait appliquer. Alors certes j’ai concentré mes efforts pour rédiger une liste de soins et de bonnes pratiques à adopter. Mais surtout je me suis dit qu’il fallait avant tout traiter la cause de cet eczéma, qui n’était autre qu’émotionnelle là encore.

 

La peau, reflet de nos émotions

 

Ces deux exemples auxquels j’ai été confrontée personnellement ont remis en lumière le lien étroit entre notre vie intérieure et la peau. Cette dernière, véritable émonctoire, reflète nos émotions. Ce n’est pas pour rien que les dermatologues et autres professionnels de santé disent que les problèmes et maladies de peau sont souvent liées au stress que génèrent ces différents troubles intérieurs, parfois inconscients.

 

Je l’ai notamment constaté suite aux centaines de témoignages que j’ai reçus depuis que j’ai abordé la question de la dermite séborrhéique du cuir chevelu ici. J’en ai souffert il y a deux ans. Et si j’ai su mettre en application un traitement naturel et efficace pour m’en débarrasser, je sais que la cause profonde de cette dermite était liée à un mal-être intérieur à ce moment de ma vie, et que la guérison est également passée par un travail sur moi-même.

Et combien d’entre vous m’ont dit souffrir de cette maladie de manière chronique ? Malgré les différentes solutions testées, celle-ci revient par épisodes, surtout lorsque vous n’êtes pas bien (pic de stress ou choc émotionnel par exemple). Dans ce cas j’aurais beau vous conseiller des soins naturels à appliquer sur votre cuir chevelu, tant que le fond du problème n’est pas traité, la dermite se manifestera. D’ailleurs, si j’ai réussi à me débarrasser de cette maladie de peau, j’ai toujours le cuir chevelu très sensible, irrité par moments et dernièrement “en feu” à cause… du stress justement ! C’est marrant, l’été dernier pendant mes deux semaines de vacances où j’ai complètement déconnecté du travail, d’Internet… je n’avais plus aucuns soucis de cuir chevelu.

 

J’aimerais ainsi rappeler quelque chose que l’on sait tous au fond, mais qu’on oublie parfois : il ne suffit pas d’appliquer de bons produits naturels sur sa peau pour que celle-ci soit belle.

Il est vrai que sur ce blog, je partage beaucoup dans ce sens, avec mes bons conseils pour des soins de beauté naturels, car c’est mon domaine à moi. Pour autant, je garde une approche plus holistique de ce qui se joue quand l’on souffre de problèmes de peau ou de petits dérèglements cutanés temporaires. L’équilibre psychique et physique participent pleinement à la bonne santé de notre peau : pensées, émotions, énergies, stress, hormones, alimentation, hygiène de vie, produits utilisés… Autant de pistes à explorer dès que notre peau nous envoie un signal d’alerte.

À nous de veiller à cette harmonie corps et esprit, en commençant par se poser cette simple question : « De quoi nous nourrissons-nous ? ». À tous les niveaux.

 

___________________________________________________

Et vous, avez-vous également déjà observé l’impact de vos émotions sur votre peau ?

Partagez en commentaire ci-dessous vos retours d’expérience, cela sera riche pour tout le monde 💚 C’est toujours un grand plaisir pour moi d’échanger avec vous sur ces réflexions !

.

Naturellement,

Fanny